18 ans 18 jours
Mots:199  Intro:4 sec  Durée:3.41  Année:1985
Concert: 87


Elle m'a joué, câline,
L'Acte Trois, le grand air,
L'harmonie mandoline,
L'envol des filles de Pair.

Et comme dans ce vieux film
Où il dit: "T'as de beaux yeux."
Elle m'a dit "Embrassez-moi."
Et "Salut, adieu."

Elle m'a écrit Céline
"Voyage au bout de la nuit"
En larmes glycérine
Tout en mélancolie.

L'amour de cette nuit
N'est plus celui d'hier,
Tellement d'hommes dans ma vie,
Tellement d'amour à faire.

Dix-huit ans dix-huit jours
Et un besoin d'amour
A ne plus s'endormir,
A se laisser mourir
Pour n'importe quel homme
D'un pont dans la Garonne,
D'un pont dans Garonne.

Elle a pleuré, gamine,
Avant de s'envoler
Dans un avion de ligne,
Paris-Rome, un aller.

Et comme dans ce vieux film
Où il dit: "T'as de beaux yeux."
Elle m'a dit "Embrassez-moi."
Et "Salut, adieu."

Elle m'a chanté, divine,
La symphonie des sphères
Des paroles enfantines
Sur une musique à faire.

L'amour de cette nuit
N'est plus celui d'hier,
Tellement d'hommes dans ma vie,
Tellement d'amour à faire.

Dix-huit ans dix-huit jours
Et un besoin d'amour
A ne plus s'endormir,
A se laisser mourir
Pour n'importe quel homme
D'un pont dans Garonne.

Dix-huit ans dix-huit jours
Et un besoin d'amour
A ne plus s'endormir,
A se laisser mourir
Pour n'importe quel homme
D'un pont dans Garonne,
D'un pont de la Garonne.

(Jacques Revaux et Jean-Pierre Bourtayre/Michel Sardou)