LA BELLE EQUIPE

REALISATION SCENARIO  MUSIQUE DUREE
JULIEN DUVIVIER CHARLES SPAAK MAURICE
YVAIN
104 MINUTES 13 SEPTEMBRE
1936



Jean Gabin ....  Jean dit Jeannot
Charles Vanel ....  Charles dit Charlot
Raymond Aimos ....  Raymond dit Tintin
Viviane Romance ....  Gina
Robert Ozanne ....  Le patron du bistrot
Charles Granval ....  Le propriétaire

Fernand Charpin ....  Le gendarme
Micheline Cheirel ....  Huguette
Rafael Medina ....  Mario
Charles Dorat ....  Jacques
Robert Lynen ....  René
Robert Moor ....  Un locataire
Jacques Baumer ....  Monsieur Jubette

Marcelle Géniat ....  La grand' mère
Raymond Cordy ....  L'ivrogne
Marcel Maupi ....  Un copain

Marcelle Yrven ....  L'amie de Jubette
Catherine Carrey
Teddy Dargy ....  Une locataire
Paul Demange ....  Un locataire
Edith Gallia ....
Claire Gérard ....
Vincent Hyspa ....  Le photographe
Roger Legris ....  Le garçon de café
Palmyre Levasseur ....  Une locataire
Victor Marceau ....  L'accordéoniste
Jean Marconi ....  Le maquereau
Franck Maurice ....  Un locataire
Robert Ralphy ....  Un locataire
Andrée Servilanges
Vyola Vareyne
Michèle Verly ....  L'amie d'Huguette

Cinq ouvriers chômeurs parisiens, dont un étranger menacé d'expulsion, gagnent le gros lot à la Loterie. L'un d'eux, Jean, a l'idée de placer cet argent en commun dans l'achat d'un vieux lavoir de banlieue en ruines, qu'ils transformeront en riante guinguette dont ils seront copropriétaires. Ils s'attèlent à la besogne avec confiance. Mais la solidarité du groupe est fragile: la police recherche Mario, l'immigré; Jacques, le plus jeune, qui souhaite refaire sa vie, s'enfuit au Canada; Gina, une femme de moeurs légères, qui a épousé naguère Charles, l'aîné, survient et réclame sa part du butin communautaire Jean a fort à faire pour maintenir l'unité de l'équipe. Le destin s'acharne sur eux; la veille de l'inauguration de la guinguette, Raymond le joyeux drille, en dansant sur le toit, fait une chute mortelle. Restent Jean et Charles, amoureux de la même femme, qui ne vont pas tarder à se haïr. L'épilogue sera-t-il heureux ou tragique ? Deux versions différentes furent tournées et proposées simultanément aux spectateurs : dans la première, les deux hommes s'entretuaient, et le carillon - don posthume du joyeux Raymond - sonnait dans la guinguette vide. Dans la seconde, l'amitié de Charles et de Jean était sauvée in extremis, à la suite d'une franche explication " entre hommes ", et la guinguette pouvait enfin ouvrir au son joyeux des flonflons. C'est généralement cette fin optimiste qui fut exploitée, après que le public de 1936 eût tranché.