VERDICT

REALISATEUR ADAPTATION MUSIQUE   DUREE
ANDRE
CAYATTE
PIERRE
DUMAYET
LOUIGUY 94 MINUTES 11 SEPTEMBRE 1974 
          
 
   Jean Gabin ....  Leguen     
Sophia Loren ....  Teresa Leoni
    Henri Garcin ....  Maître Lannelongue
 Marthe Villalonga  
    Paul Bisciglia
    Julien Bertheau ....  D.A. Verlac
    Muriel Catalá ....  Anne Chartier
    Michel Albertini ....  Andre Leoni
    Gisèle Casadesus ....  Nicole Leguen
    Daniel Lecourtois  
    Mario Pilar ....  Joseph Sauveur
    Umberto Raho  
    Jean-François Rémi ....  Antoine Bertolucci
    Michel Robin ....  Vericel
    Pierre Tabard  
    François Vibert ....  Guichard
    Jean Vigny  
    Jean Amos  
    Françoise Bette  
       Florence Brière  
    François Cadet  
    Philippe Desboeuf  
    Max Doria  
    Robert Favart  
    Max Fournel  
    David Gerson  
    Anne Kreis  
    Lucienne Legrand  
    Claude Lochy  
    Jean-Claude Magret  
    Armand Meffre  
    Maurice Nasil  
    Gisèle Touret  
    Umberto Orsini



 

Le Président de la cour d'Assises de Lyon, Leguen, reçoit la visite impromptue de Teresa Leoni, qui tente de le convaincre de l'innocence de son fils André, accusé de viol et du meurtre d'une jeune fille de bonne famille, Annie Chartier. Il l'éconduit, manifestant son opposition vigoureuse à ce genre de pression, surtout de la part d'une veuve de truand. Sachant dès lors qu'elle ne peut plus espérer sauver la tête de son fils, Teresa fait appel à d'anciens amis de son mari pour enlever Nicole Leguen, épouse du président. La vie de cette dernière contre l'acquittement d'André. Le chantage porte bien vite ses fruits. L'autoritaire, l'intraitable homme à principes Leguen affiche une neutralité puis une bienveillance à l'égard d'André qui ne tardent pas à surprendre l'audience et à indigner l'accusation. Devant l'insuffisance des preuves, et bien qu'admonesté par le procureur sur demande de l'avocat général, Leguen n'a plus qu'à démontrer aux jurés l'inadéquation de l'article 353 du Code pénal qui leur demande de ne se fier qu'à leur " intime conviction". Le verdict est rendu: acquittement, Leguen ignorant encore que son épouse, diabétique, s'est laissée mourir en refusant les soins qui lui étaient nécessaires afin de briser la loi du chantage et d'éviter le déshonneur au magistrat. Libéré, André s'en prend aux abus d'autorité de sa mère. Lorsque celle-ci, jusqu'alors convaincue de son innocence, découvre qu'il est bel et bien coupable, certes avec des circonstances atténuantes : elle se jette avec sa voiture contre un mur.