J'AIMERAI BIEN QU'ON NE M'OUBLIE PAS
(RESTER DANS L'AIR D'UNE PARTITION)


BLIER


Je ne sais rien de plus débile
De plus idiot
De plus stérile
Que de  vous poser des questions
Sans vous donner les solutions
Car ça m’empêche de dormir
Car ça m’empêche de dormir

Pourtant j’ai l’nom au bout d’la langue
Toute la nuit je vais chercher
Toute la nuit me retourner
Et j’ai le nom au bout d’la langue
Pourquoi m’avoir tant questionné ?
Le nom du gars ? J’ai oublié
Il habitait chez ses parents
C’était le roi des fainéants
Et ben alors j’l’ai pas connu
Bien sur que si
Ca s’est même su
Tu cavalais après sa sœur
La grosse avec taches de rousseur
Je cavalais ?
Me rappelle pas
Je m’souviens d’autres
Mais pas d’celle la
C’est sûrement pour m’énerver
Qu’on vient encore me demander
Un nom, un jour, une date, une heure
Le numéro ou elle demeure
Et j’ai le nom au bout d’la langue
Car c’est toujours sur moi qu’ça tombe
Même allongé au fond d’ma tombe
Sur, on viendra m’interroger
Puisque t’as l’temps
T’as qu’a trouver
Et ça m’empêche de dormir
Et ça m’empêche de dormir

Pourquoi m’avoir tant dérangé ?
Le monde entier ?
J’ai oublié
On m’a posé trop de questions
Je veux changer mes horizons
Ne pas rester indifférent
Comme aujourd’hui j’suis transparent
L’envie me prend d’faire le rev’nant
Au bout des pieds tirer les gens
Et puis aussi leurs demander
Comment j’m’appelle
Pour rigoler
S’ils savent pas
Pendant des heures
Je cavalerai après leurs sœurs
Vous vous souviendrez d’mon trépas
Mais j’aim’rais bien qu’on m’oublie pas

SARDOU

Rester dans l’air d’une partition
Comme une poussière de papillon
Comme une chanson qu’on porte en soi
Sans se rappeler du nom d’la voix
Qui la première fois l’a chanté
Et qu’on fredonne sans y penser

J’aim’rais bien qu’on ne m’oublie pas
J’aim’rais bien qu’on ne m’oublie pas

Dans une allée si vous cherchez
Si vous cherchez vous trouverez
Un nom deux dates
Une pierre une fleur
Deux anneaux gravés dans deux cœurs
C’est la maison ou je demeure

Rester dans l’air d’une partition
Comme une poussière de papillon
Comme une chanson qu’on porte en soi
Sans se rappeler du nom d’la voix
Qui la première fois l’a chanté
Et qu’on fredonne sans y penser

J’aim’rais bien qu’on ne m’oublie pas
J’aim’rais bien qu’on ne m’oublie pas

BLIER

Ayez mon nom au bout d’la langue
Ayez mon nom au bout d’la langue

(Revaux/Blier)