Vol 3054 TAM

Vol 3054 TAM
17 juillet 2007
Airbus A320
TAM Linhas Aéreas
199 morts
Le vol 3054 TAM est Le vol 3054 TAM est un vol intérieur brésilien assuré par la compagnie aérienne TAM Linhas Aéreas avec un Airbus A320 immatriculé PR-MBK, qui s'est écrasé, après un atterrissage manqué, le 17 juillet 2007 contre un entrepôt de la TAM Linhas Aéreas à proximité immédiate de l'aéroport de Congonhas, à São Paulo, avec 187 personnes à bord dont 16 employés de la compagnie et 6 membres d'équipage.
Cette catastrophe aérienne constitue la plus grave de l'histoire du Brésil. 12 personnes ont également trouvé la mort au sol1.
Le bilan final fait état de 199 victimes, toutes les personnes à bord ainsi que 12 personnes au sol. Des quatorze blessés dans l'entrepôt, trois sont décédés à l'hôpital.
La boîte noire a été retrouvée et a été examinée.
L'avion, qui venait de Porto Alegre a dérapé sur la piste, a plané au-dessus d'une avenue et a fini sa course dans un entrepôt de la TAM Linhas Aéreas de 4 étages qui jouxte une station service ce qui a provoqué un incendie très important avec une température qui est montée jusqu'à 1000 degrés Celsius.
L'avion était sous tolérance technique, avec l'inverseur de poussée du moteur droit désactivé conformément aux procédures constructeur.
L'approche s'est faite sous automanette, les manettes de gaz dans le cran Climb. Au touché des roues, l'automanette s'est automatiquement déconnectée et le régime moteur a été figé jusqu'à ce que les manettes de gaz soient physiquement manœuvrées par l'équipage.
Les procédures FCOM prévoient qu'en cas de désactivation d'un inverseur de poussée, l'équipage doit manœuvrer les commandes des deux moteurs, la neutralisation physique (portes des inverseurs boulonnées) et informatique (calculateur désactivé) se chargeant de ne pas passer le moteur désactivé en inversion de poussée et de le limiter au ralenti.
A Sao Paulo, le pilote n'a ramené que la manette du moteur 1 en inversion de poussée, et les régimes moteurs se sont synchronisés avec la position des manettes de gaz : le moteur 1 est passé en inversion de poussée, et le moteur 2 est reparti en poussée de montée (légèrement inférieure à plein gaz). Le pilote a voulu utiliser l'ancienne procédure en cas de panne d'un des inverseurs de poussée qui prévoyait de passer les 2 moteurs au ralenti et de passer sur reverse que le moteur sur lequel elle fonctionne. Il n'a malheureusement utilisé qu'une manette et laissé le second moteur pratiquement à pleine puissance.
Le moteur 2 étant en poussée positive, le freinage automatique et les spoilers ont été désarmés et ne se sont pas enclenchés.
L'équipage n'a pas su réagir et n'a pas identifié le problème, ce qui a conduit à la sortie de piste.
Ce type d'accident était déjà survenu 1 an plus tôt, en Russie (vol 778 Siberia Airlines).