Vol 804 Egyptair

Vol 804 Egyptair
19 mai 2016
Mer Méditerranée
Airbus A 320-232
Egyptair
66 morts
Selon le ministre égyptien de l'aviation civile, Chérif Fathi, « la possibilité d'un attentat est plus grande que celle d'un problème technique ». Cependant, aucune revendication terroriste n'a été faite, contrairement à celle émise lors du vol 9268 de la compagnie MetroJet. L'appareil ayant effectué plusieurs vols et escales juste auparavant ce trajet, des problèmes liés à la sécurité ont été évoqués.
Toutes les pistes sont envisagées pour expliquer cet accident, sans en écarter aucune.
Fin juin 2016, la commission d'enquête égyptienne indique qu'une détérioration due à une haute température ainsi que de la suie sont visibles sur des parties de l'avant de l'avion.
Le 22 juillet 2016, le New York Times rapporte qu'au vu de l'analyse des boîtes noires, l'avion s'est probablement désintégré en plein vol après un incendie dans le cockpit ou près de ce dernier sans savoir pour autant si cet incendie était d'origine accidentelle ou criminelle.
Le 16 septembre 2016, les enquêteurs de l'Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN) constatent la présence de TNT sur des débris de l'appareil, mais la justice égyptienne ne leur laisse pas la possibilité de les examiner en détail.
Le 9 octobre 2016, les relations entre l'Egypte et la France sont "polluées" du fait des conclusions contradictoires des causes du crash, les autorités égyptiennes privilégiant l'hypothèse de l'attentat tandis que les enquêteurs français du BEA accréditent la thèse d’un incendie qui se serait déclaré dans le cockpit avant de se propager dans le reste de l’avion.