Bis, ter et les autres


La voisine du dessous m’a dit de l’oublier

Mais comment faire pour arrêter de respirer ?
Je n’ai bien sûr pas donné suite à cette idée

L’efféminé du second avec sa voix d’enfant

M’a dit que les amis étaient d’anciens amants
Mais que l’inverse ne se vérifiait que très rarement

Celle que l’immeuble à tort soupçonne de tapiner

S’arrête souvent pour assécher mes yeux mouillés
En m'racontant ses rêves de petite immigrée

Le notaire d’en haut m’a dit très gentiment

Qu’il ne fallait pas être asservi aux sentiments
Mais mon cher maître, comment peut-on faire autrement ?

La vieille dame au poil gris m'écoute religieusement

Mon cœur cassé épouse ses souvenirs d’avant
Du temps où elle aussi alliait ses soupirants

Quand la maison s’endort, j’entends comme un murmure

C’est la blonde d’en bas qui pourtant était sûre
Qu’aucun amour perdu ne mérite une armure

Lequel de ceux-là, ne peut me dire dans les yeux

Que c’est celui où celle dont il fut amoureux
Qui un jour où une vie les rendit si heureux?

Christian Goutte