Bout de chair



Quand un jour, plus un bout de chair

Ne vêtira mes bouts de doigts
Alors qu'importe mon cimetière
Restera-t-il un peu de moi ?

Que l’on m’octroie encore du temps

Même si futile est la prière
Et libéré de ce carcan
Mon âme s'échappe buissonnière

Reviendront alors nos vingt ans

Du temps où nous étions amants
Et loin de nos fragiles émois
Qu’auras -tu conservé pour toi ?

Cœur battant trop tôt disparu

Auquel tu penses de temps en temps 
Ou un homme auquel tu as cru
Et qui te manque si cruellement ?

Bien sûr des hommes te chériront

À leur manière, à leur façon
Mais la dernière de mes caresses
Te rappelle-t-elle un peu d’ivresse ?

Retourneras-tu dans ce vieux port ?

À la faveur d'un gris dimanche
Te délecter d’une fine dame blanche
Nacrée de pistaches bicolores

Je serai là n'en doute jamais

De quelle manière je n'en sais rien
Laisse donc pleurer rires et regrets
Sur ce passé que l’on retient

Christian Goutte