Comme ça


C’est un pull-over gris
Un stylo bille qui écrit
C’est une peluche qui vit
De son parfum de nuit

C’est une voix de satin
Que j’entends tôt le matin
C’est dans le creux de ma main
Un porte-clés en étain

C’est des voyages infinis
Dans un pays que j’envie
C’est la peur, la jalousie
Et d’autres choses que j’oublie

C’est des images qui défilent
Tout au fond d’mon regard
Elles sont cent, elles sont mille
Qui n’doivent rien au hasard

Comme un nuage sur mon envie
Une pluie de souvenirs
Si on avait qu’une seule vie
Passer la mienne à te chérir

Je revendique cet exutoire
Écrire à n’en plus finir
Une encre bleue vers ton regard
Qui peut encore te faire frémir

Un oreiller garni de roses
Recueille les larmes d’un homme usé
Qui ne sait plus mais qui ose
Dire je t’aime à celle qu'il a aimée

C’est une petite fée clochette
Qui entourait ton cou si fin
Peut être qu’elle aussi regrette
Qu’amours meurent en amours vains

On ne sait jamais à l’avance
Rien n’est écrit, on n’savait pas
Mature ou en adolescence
Qu’un jour on aimerait comme ça



Christian Goutte