Crapule



Je sais que ces lignes vont vous surprendre

Mais essayez, soyez cool ,de me comprendre
Sans me prendre pour une vulgaire crapule

Mon cœur entiché d’un océan de caresses
M’envoie des signaux, des cris de détresse
Je colorise ainsi ma première bulle

Un peu plus tard, timide, moi comme elle
Je la découvre, qu’est ce qu’elle est belle !
Vais-je être nain falot ou bien bel Hercule ?

On ferme les rideaux, on abaisse les stores
Là, sous le plaisir, elle crie, geint et se tord
Et déjà  caresse son petit monticule

Elle vient de capturer un quinqua endormi
Qui plus jamais  ne pourra sortir de sa vie
Me dis-je en titillant son mince opercule

Cet endroit magique que je connaissais peu
Et qui avec d’autres me rendait pas heureux
Je le fréquente assidu sans aucun scrupule

Allongée, nue, les yeux clos de bonheur
Son corps arpège une fugue en la mineur
C’est quoi ce truc sur ses oreilles, ce bidule ?

Les sons d’une chanson que j'vais aimer
Je vois ces yeux si bleus au milieu de l’été
Elle est ici et pas ailleurs la chaude canicule

Vous pensez que j’adule ses fesses sans doute ?
Alors que je suis larme, une toute petite goutte
Quand son petit cul serré s’avance et puis recule

Rien jamais avec elle n’est moche, sale ou vil
Quand mon âme renonce devant mon cœur servile
Je suis de ses rêves le plus fidèle noctambule

Christian Goutte