Claire


Un peu moins jeunes que les gamins que nous croisions

Nous sortions depuis peu des bancs de nos écoles
Certains  pouvaient penser que nous nous amusions
Dansants la nuit sur les chansons de nos idoles

Un trio se détachait du reste des troupes
Réunis par habitude plus que par envie
Nos amies, nos familles soudaient l'assise du groupe
Aucun n'envisageait ce que seraient nos vies

Nous nous mélangions parfois à d'autres amis
Tous ces débats philos où nos regards complices
Trahissaient nos attirances, nos envies aussi
Et les soirées filaient ainsi avec délice

Nous aimions tant nous voir et on ne se voit plus
Certaines plaies font mal et se referment jamais
Nous aurions dû voir sa détresse, on à pas su
Elle était notre moitié, elle manque désormais

Des indices auraient dû pourtant nous alerter
Nous étions dans nos mondes, heureux ou malheureux
Pourquoi vivre ensemble pour à ce point ignorer
La détresse absolue dans le bleu de ses yeux?

On s'accroche aux détails d'un passé décati
On oublie la fenêtre sur des pavés graisseux
Combien penses tu ami,  qu'il nous faudra de vies
Pour qu'elle cesse de mourir au milieu de nous deux?


Christian Goutte