D'Omaha à Saint-Laurent



La mer était rouge, rouge de sang

De corps sans vie venus d'ailleurs
De pauvres hommes, d'adolescents
Venus mourir bien avant l'heure

Point d'orage, point de tempête
Le ciel était bas, était gris
Les balles sifflaient sur leur tête
Tâchant de rouge leur vert treillis

Ils avançaient en titubant
De moins en moins nombreux
Jusqu’au pied des rochers blancs
Vaillants, puis valeureux

L'horizon noir de navires gris
Crachait encore des camarades
Qui venaient mourir ici
Dans une abominable aubade

Y'avait du bruit, de la fureur
Des canons, tant de canons...
Et des yeux remplis de pleurs
Devant tous ces corps sans nom

C'était avant, y'à bien longtemps
Rien n'efface l'indicible
Dix mille tombes garnies de blanc
Rendent la mémoire indéfectible

Christian Goutte


 Re: D'Omaha a Saint Laurent
Message par Myrrha le Jeu 3 Nov - 19:31

Pour moi qui fréquente les plages de Normandie
 ce poème évoque vraiment quelque chose.
Merci
Une de mes dernières visites a été celle du cimetière
allemand (avec la correspondante de ma fille)
L'émotion est peut-être encore plus forte devant les tombes
de ces enfants-soldats jetés en pâture dans une guerre qui
n'était pas plus la leur que celle des jeunes canadiens, français ou américains.

Que de morts inutiles!

 Re: D'Omaha a Saint Laurent
Message par *Okana* le Ven 4 Nov - 4:51

Quelle belle poésie, tu écris tellement
 bien ces émotions à fleur de peau. Ne jamais oublier la mémoire de ceux
 qui ont donné leur vie. Bravo pour les vers et images. Nicole tendresse.

 Re: D'Omaha a Saint Laurent
Message par Fugitive le Lun 14 Nov - 12:43

La guerre et ses cicatrices qui ne
 s'effaceront jamais... Très beau texte..