Jusqu'à la déraison



Aimer jusqu’à la déraison
Jusqu’à maudire le sentiment
Se torturer de mille façons
Aimer, plus que le jour d’avant

Chérir malgré les trahisons
Malgré ce corps entre nous deux
Ces feux follets d’une passion
Qui nous trancha par le milieu

Aimer les souvenirs perdus
Refuser l’idée d’une erreur
Aimer ce corps qui n’en peut plus
Marbré de taches et de pâleurs

Aimer l’odeur qui est restée
En traversant toutes les saisons
Celle qui vous avait attiré
Dans la musique et les flonflons

Aimer sans jamais regretter
La jeunesse, la vigueur d’antan
La communion des sueurs mêlées
Du temps ou nous étions amants

Aimer jusqu’à souffrir ensemble
Aimer vêtir et réchauffer
En protégeant la vie qui tremble
Haïr l’idée qu’vous la perdiez

Aimer bien plus que d’être aimé
Bien plus que l’autre qui n’y pense plus
Aimer de peur d’être délaissé
En délaissant l’amour perdu

Aimer pour mille et une raisons
Dont la plupart se sont cachées
Pour les bosquets d’une maison
Dont la photo orne l’entrée

Aimer pour les siècles à venir
Cette vie qu’on n’pourra plus toucher
Aimer seulement les souvenirs
Qu’éprise, elle vous aura donnés

Aimer jusqu’à la déraison

Aimer jusqu’à n’en plus finir
Donner un nom à cette passion
Et modeste, oser la décrire.

Christian Goutte



par Myrrha le Dim 16 Mai - 11:49
C'est magnifique!
je n'arrive plus à fermer la bouche
!je t'accompagne en musique avec Jean Ferrat


 par Fugitive le Lun 17 Mai - 14:03

J'ai eu la chanson de Ferrat dans les oreilles, et j'ai beaucoup aimé....
Aimer est plus fort que d'être aimé disait aussi Balavoine !
 Tu nous le contes si bien qu'on ne peut qu'apprécier ce poème...Bravo et baisers d'une amoureuse...