La douche



L'eau commence à peine à couler
Sur une poitrine qu'elle n'aime pas
Pourtant il adore la caresser
Même s‘il ne lui dit pas

Un peu de chaleur sur son ventre
De gouttelettes de vapeur d'eau
Elle entend son mari qui rentre
Et dire qu'elle le trouvait si beau

Sa main se perd à cet endroit
Si chaud, si doux mais ou est-il?
Cet homme lointain, son amant roi
Ce cœur battant amoureux et docile?

Elle ruisselle maintenant et dodine
Sa tête se cogne et se penche
Elle est si belle et si divine
Quand elle jouit, aime et se venge

Elle se souvient de tous ses gestes
De ses mots doux, ces mots d'amour
De la moindre de ses promesses
Qui unit jamais à toujours

Elle crierait bien si elle pouvait
Mais les enfants, mais le mari
Comme un refuge, un cabinet
Un oasis si tendre et infini

Je sais que tu te reconnais
Je t'imagine, je t'idolâtre
Comme une photo, comme un portrait
Belle amante douce et folâtre

Christian Goutte