La petite fille


Elle se présente au milieu de l’église

Agrippant  au bout de ses doigts menus
Cette petite boule de nacre couleur cerise
La tenant tel un présent défendu

Voix basses et murmures entendus
On lui fait place, une sorte de  passage
Fille de mineur au visage tendu
Adorable enfant, belle et  toujours  sage

Elle sent les caresses, elle sent les sourires
Et leurs répond d’un signe vacillant
Ce jour unique  doit lui appartenir
Se souvient sans cesse  de lui titubant

Des  larmes salées perlent sur ses joues
En font couler bien d'autres, un océan
Mines immondes, malheurs et coups de grisou
Elle se retrouve devant son corps gisant

Sachant qu’elle ne le reverra jamais
Elle dépose  la bille de nacre à ses pieds
De la même façon que lorsqu'il vivait
Pose un baiser sur son père embaumé

Christian Goutte