Le coffre à jouets



Je suis revenu pour un moment

Dans cette grande maison oubliée
De mon berceau à mes quinze ans
J'y ai  passé tous mes étés

J’ai grandi, j'y suis retourné
Et là,  je n'ai rien résolu
La mémoire décore le passé
Délaissant  les amours déçus

Tout ce lierre vert, ces roses fanées
Dissimulent un portail  jauni
Un escalier jusqu'au grenier
Glisse sous un petit appentis

Je l'a retrouve abandonnée
Une chatte encore lèche ses petits
Une autre dans mes jeunes années
Déjà s’allongeait sur mon lit

Je monte dans une chambre vide
Où  je vécu tant de belles choses
Et malgré les ans qui me rident
Je regrette ce passé bleu rose

Je redécouvre un coffre à jouets
Que l'on devine plein à craquer
Gardien jadis de mes secrets
D'un amour que j'avais caché

Je me souviens d’un cœur divin
De matins, de réveils d’enfants
A quel amour donnes-tu la main?
T’aime-t-il d'un amour si violent?

La vie et le temps nous séparent
Et nous délaissent dans ce jardin
Où une larme dans mon regard
Accompagne ce matin chagrin

Christian Goutte