Le jouet brisé


Elle écrit des poèmes et parfois des promesses

C’est rempli de je t’aime  d’une infinie tendresse
Il lui arrive de chanter son trop-plein de bonheur
Et aussitôt d’oublier les fêlures d’un cœur

Elle décore de caresses un amant de poèmes
Ses soucis, sa détresse ne sont plus des dilemmes
Son corps dans le sombre se déplie et se tord
En dévoilant la tombe d’un amant qui s’endort

Je me souviens d’une femme qui n’a plus de mémoire
Qui se souvient d’un jouet qu’elle brisa autrefois
Mais les jouets ont le sait ont un peu peur du noir
Et s échappent en pleurant de leur coffre en bois

Elle attend une vengeance, un défi qui l’aiderait
Les blessures de l’enfance, une tante qu’elle aimait
Un mari, des enfants, une maison pour la vie
Les remords entêtants d’une aïeule qui s’enfuit

Elle hésite, elle attend, ne sachant plus que faire
Et ce cœur qu’elle entend sans savoir le faire taire
Elle regarde ses yeux bleus comme un homme autrefois
Qui croyait que les cieux uniraient reines et rois


Je me rappelle d’une femme qui aima sans raison
Se souvenant d’une peluche qu’elle oublia un jour
Et qui revient sans cesse pour hanter sa maison
Croyant que l’amour d’une vie reste pour toujours

Christian Goutte