Les vœux violés



Le cadre était grandiose

Et toi beaucoup plus jeune
Quand devenue de rouge à rose
Tu as d’une voix aphone
Ânonné en y croyant
Les mots en or que t’avaient dits
Les Dieux et vents glaçants
De la basilique Saint-Rémi

Tu les pensais  sûrement
Sinon pourquoi les dire ?
On baptise les enfants
Pour des mariages à venir
Le regard de tes parents
Et de ta famille à bâtir
T’ont fait jurer vêtue de blanc
Les lignes à ne pas franchir

Alors tu as prêté serment
J’ai dû le faire un peu plus tôt
Les mêmes fêtes de printemps
Qui assouvissent nos idéaux
On aimerait comme ça mille ans
Et on vivrait mille noces
Le père, le mari, l’amant
Même si ça nous semblait précoce

Que reste-t-il de tout cela ?
Les photos ont dû jaunir
Emportant dans l’au-delà  
Les promesses qu’on ne peut tenir
Tu dois passer souvent devant
Quand tu reviens d’un lieu secret
Qu’est devenu l’amour d’avant
Devant lequel tu abjurais ?

Toi, moi ou d’autres inconnus
Qu’est-ce que ça peut bien faire ?
On a menti à ce qu’on a cru
Et c’est devenu un adversaire
Quelle importance ça a pour nous ?
D’une vérité en désaveu
Avons-nous en fait été fous
D’avoir  violé nos vœux ?

Christian Goutte