L’ainée



La maison était pleine de bruits
C'était l'anniversaire de l'aînée
Ils étaient venus de tout le pays
Certains seulement pour la journée

Chacun s'affairait pour aider
D'autres papotaient dans le jardin
On apportait de quoi picorer
Il commençait à faire un peu faim

La petite chienne blanche gambadait
On la laissait libre pour la journée
Mais personne en fait ne remarquait
L'air absent d'une jeune femme effacée

Seule dans ses pensées on l’oubliait
Songeant au passé elle s'est absentée
Là dans un monde qu'elle seule connaît
Elle revoit son enfance passée

Le retour de l’école, le gouter
On dépose son cartable, ses affaires
Et là ou il y a pleins d’invités
Elle avait ses devoirs à faire

Pas une année n’est étrangère
Aux moindre de ses souvenirs
Y compris ses déprimes passagères
Que maman va vite anéantir

En fait pour tout dire elle n’oublie rien
Il lui reste des odeurs, des présences
Ces toutes petites choses, ces petits riens
Qui laissent la vie en adolescence

Elle est revenue sur le gazon vert
Sensiblement un peu émue
Personne n’a su, ni découvert
Qu’un instant, son père est revenu

Christian Goutte