Le démon



J'ai ouvert pas mégarde
La porte grise d'un logis
Et déjà il me tarde
D'écrire ce que j'y vis

Un bouquet sur une table
Et des chaises en osier
Un grand buffet en érable
Des casseroles émaillées

Sur ce bonheur paisible
Est tombé le démon
Cette haine indicible
Qui ne dit pas son nom

Disparue la belle candide
Amoureuse et servile
Lui reste un beau David
Au milieu du péril

Préparer son départ
Aménager sa fuite
Pour aller quelque part
Qui mérite une suite


Christian Goutte