MELUSINE





Alors comme ça la p’tite  Sandrine
Finalement aimait la pine
Apres s’est fait tant enculée
Elle retourna pourtant baiser
Oh oh petite  Sandrine
Es tu putain ou bien divine ?

Ah les beau mecs qu’elle a trouvé
Qui sans arrêt la font mouiller
Dans des hôtels, dans des bagnoles
A coups de pine ils l’a chignolent
Oh oh jolie  Sandrine
Es tu salope ou bien câline ?

Elle fait la belle dans les services
En allumant tous les lascars
Du jeune qui a l'age de son fils
Jusqu'au papy prequ'au placard
Oh oh vilaine Sandrine
Ton joli cul est plein de pines

Et puis le soir la pauvre chérie
Doit encore sucer son mari
Mais des qu’arrive le lendemain
Elle se fait gicler sur les seins
Oh oh mignonne  Sandrine
Es tu catin comme Mélusine ?

Tout c’qu’elle avale c’est énergique
Quand ses copains rechopent la trique
Des qu’ils la sifflent elle se demande
Si c’est pour elle qu’encore ils bandent
Oh oh bella  Sandrine
Est-ce que ta mère tout ça devine ?

C’est sa p’tite chatte bien fatiguée
Qui lui sert encore a penser
Dans quel endroit un peu caché
Ils vont pouvoir se pénétrer
Oh oh pauvre Sandrine
Qu’est devenue ton âme si fine ?

Ca c’est bien vrai qu’elle les mérite
Quand elle caresse sans cesse leur bite
Il ont trouvé une super conne
Qui suce les queues comme personne
Oh oh triste  Sandrine
Es tu vraiment celle que j’devine ?

C’est mercredi je vais t’laisser
Aller encore te faire piner
Oublie ton mince adolescent
Fini de faire jaillir ces glands
Oh oh blonde  Sandrine
Les rêves sont parfois inutiles

Ton p’tit garçon doit se demander
Pourquoi il n’a plus de baisers
T' as beau bien te laver les dents
Le foutre a de sacrés relents
Oh oh sacrée  Sandrine
N’es tu qu’un rêve une Marilyne ?

Christian Goutte