On ne guérit jamais



En fait une image qui disparaît peu à peu

Alors qu’elle collait si bien à nos jours heureux
On repense d’un coup à  ces regards envieux
La vie se résumait à l’éclat de ses yeux
La belle mélodie et les mots posés dessus
Me font penser à l’être aimé que j’n ‘suis plus
Tu pensais que j’ t’oublierai, comment as-tu pu ?
Mes plaies sont plus profondes que tu ne l’avais cru

On ne guérit jamais on le croit mais c’est tout
Ces souvenirs cachés sont bien plus forts que nous
Les mille et une photos éparpillées partout
Et cette petite chaînette posée sur votre cou
On ne guérit jamais comme on l’entend parfois
Le présent, le passé, entrelacent leurs voix
Mélangent la première et la toute  dernière fois
Pendant que la chaînette glisse le long de vos doigts

Pourquoi doit-on payer si cher tous ces instants ?
On croit que les je t’aime durent éternellement
Que jamais la déesse ne se change en Satan
Se croyant plus belle dans les yeux d’un jeune amant
Je croyais que ma vie toujours se marierait
Cette vie pour laquelle tu fis tant de projets
Entre ces deux auteurs je choisis le Français
Souviens-toi à jamais de ce fou qui t’aimait

On ne guérit jamais, on ne vit que d’errances
De pathétiques voyages, d’incroyables absences
D’improbables réveils dans des hôtels de France
Au milieu d’un parfum et d’un mal qui nous lance
On ne guérit jamais on fait semblant d’y croire
Le plus fort de nos amours s’éteint dans le soir
Le cœur a cassé et le sang devenu noir
S écoule goutte après goutte sur la tranche du miroir

Des fois je pense qu’un jour je te retrouverai
En mille morceaux sans doute le cœur un peu défait
Que faire de cet amour qui fut presque parfait ?
Que faire de cette âme dont tu clos tous les volets ?

Christian Goutte