Patience



 
Je sais que c'est très dur cet enfer quotidien
Ces atroces blessures et ce mal qui te tiens
Je sais que tu endures un immense chagrin
Cette peur qui perdure et la haine qui te tient


Tu te demandes encore ce que tu vas devenir
Cette vie incolore sans aucun avenir
Ferme un peu tes paupières et imagine nous
Ton garçon plus heureux et sa chambre d’acajou


Tous ces coups sur ta peau, donne m'en la moitié
Que ce vil bourreau sache que tu vas le quitter
Patiente encore un peu, ne laisse rien au hasard
Pour un futur heureux, un demain sans cafard

La bêtise est sans nom, tu le sais désormais
Oublie vite ce prénom, cette bête qui dormait

Christian Goutte