Témoins de ténèbres



C’est vrai que vous n’me faites plus peur

Même si souvent je vous ai crains
Vous êtes encore comme des rôdeurs
A embrumer tous nos gamins

Et vous avez mille apparences
De jolies blondes presque catins
Ou des curés de déchéance
Qui vont prier chaque matin

Vous êtes partout comme des sangsues
Dans nos campagnes, dans nos cités
Et pour des hommes un peu perdus
Vous détenez la vérité

On se méfie de nos voisins
Car on est con, intolérants
Ce sont pas eux les gros malins
Qui vendent du rêve et puis le vent

Une peine d’amour, un coup au cœur
C’est ce jour là qu’ils vous harcèlent
Ils compatissent à vos douleurs
Et vous promettent une vie plus belle

Mais comment vaincre ces cafards
Quand nos pensées sont dépassées?
Et quand se noie dans leur regard
La plus vivante des vérités

On doit combattre des millénaires
Remplis de Dieux qui ensorcellent
Tous ces orages, tous ces calvaires
Toutes ces grappes de saints fidèles

Vous êtes si doués que c’est horreur
Pour enrober vos déraisons
Tous vos discours, toutes vos noirceurs
Qui avilissent nos illusions

Vous érigez et on abat
Ce qu’est un monde mais pas une vie
Les phares de vos maudits soldats
Qui suivent unis vos utopies

Vous n’partagez pas votre sang
Qui comme vous doit être si pur
Et le reflet d’vos yeux d’argent
Se souille dans nos âmes impures

C’est vrai que moi je n’ai pas peur
Mais vous êtes là comme des errances
A regretter toutes les terreurs
Qu’engendrent vos viles croyances

Christian Goutte