Une lumière rouge 



Je suis de ceux qui pensent en se trompant peut-être

Que sur pléthore sans doute, un seul fut sublime
Il se promène toujours au milieu de nos têtes
Posant des fleurs encore dans nos mémoires intimes

Un seul souffle et un seul au milieu des tempêtes
Qui se retrouve parfois au sourire d’un enfant
Disparu ou vivant sous le chaud d’une couette
Éclatant comme un glaive les pleurs de l’océan

Le grand amour est seul, les autres sont redites
On reconnaît sa voix à nulle autre pareille
La vie, la déveine des fois à jamais maudite
Ces cauchemars hideux qui nous tiennent en éveil

Qu’on fut jeune ou ancien, les souv’nirs sont tenaces
La beauté d’un sourire, la douceur d’une peau
Petites choses enchaînées qui jamais ne s’effacent
Et qui font de nos vies, le calvaire ou l’cadeau

Les amours ont des clones, on les confond parfois
Le seul à nous faire mal ne se conjugue pas
Il est tellement plus fort, il est tellement plus roi
Á nous suivre à jamais de la vie au trépas

Á vous tous les béats, je ne vous apprends rien
Le privilège acquis et le plaisir si pur
Á combien de mendiants qui vivent d’amour feint
Seriez-vous prêts d’offrir la moitié d’vos dorures ?

Ils sont mille et foison au pied des cathédrales
Á tendre sans réponse une partie de leur cœur
Et dans leur main fripée le tout dernier pétale
Détaché de la rose qui fane et se meurt

Le païen que je suis les invite à franchir
Timides, étonnés, l’immensité gothique
Et qu’à jamais enfin celles qu’ils ne purent chérir
S’approchent pas à pas sous le son des cantiques

Ils trouveront peut être alors et non sans mal
Caché sous les statues armées de tranchants vouges
Une petite boite en or ornée de fines opales
Leur amour éternel devenu lumière rouge

Christian Goutte


par °_Le Fou_° le Mer 3 Mar - 16:00
J’hésite... est-ce un "Slam" ? ou un texte à la Gabin...? ou les deux...?

En tout cas, cela se lit du début à la fin avec un réel plaisir...

Félicitation, c'est vraiment bien !

Le sujet, la forme... j'aime !

par nykhol le Mer 3 Mar - 16:24
La dernière strophe est une
véritable apothéose de l'amour
humain transfiguré, renaissant
en silence dans le coeur d'une
lumière qui lors devient divine.

Etant l'athée de service, je n'en
apprécie pas moins l'ésotérisme
qui s'en dégage.

Toutes mes félicitations.

par Fugitive le Jeu 4 Mar - 12:10
On n'aime qu'une fois !!! il ou elle seront à tout jamais l'homme ou la femme de sa vie...Et pourtant !!!
que d'amours passagères pour en arriver à cet ultime envol...La lumière rouge ...Celle qui dans la cité interdite allumait les portes des concubines....
Couleur de passion, d'enfer , de déraison, mais surtout couleur de vie ...Tu nous charme c'est certain avec tes textes,
 et l'on repense à nos amours passées qui ont marqué à tout jamais nos coeurs e
t notre chair pour peu à peu devenir des images fanées mais pourtant si présentes...Baisers

par papathée de foi le Sam 13 Mar - 10:44
j''aime toutes ces images, symboles que l'on découvre parcourt au fil du poème et en particulier cette lumière rouge.
Moi aussi je suis de ce ''club de paiens avec cette variante que je suis le papathée, je n''ai point été cardinal mais le cas échéant je choisirai le sud!
Je ne crois pas, je ne veux pas croire à l'amour unique, tout ce qui est unique m'ennuit en fait, cette fixation nous a souvent rendu si malheureux,
c''est un des plus grands malheurs de l'homme(l'humainité) de croire à l''unicité des choses des êtres,
l''unicité de sa propre personne, la majorité des maux de ce monde en découle, pour moi croire à ce qui est unique en amour
 comme dans tous les domaines c''est fatalement s'exposer aux regrets aux remords.
Comme j''ai pu constater que tu n''était pas contre la critique objective et amicale,
je te signale quelques couacs au niveau de la césure de certains vers et quelques pieds de trop
de ci de là, cela n'altère en rien le plaisir que j''ai eu à te lire
amicalement
jc

par Fugitive le Sam 13 Mar - 12:37
Honolulu tu ne crois pas à l'amour unique dit tu...Et tu as bien raison !! Quand on est jeune( surtout les filles) on rêve du prince charmant,
 le seul, l'unique..Et puis de déceptions en amours on butine et on conjugue le verbe aimer à tous les temps ...
Moi en tout cas c'est ce que j'ai fait et je ne regrette rien! non rien de rien ...
Quand je vois ces écrits qui vous parlent de mourir parce qu'un amour a fui, je suis ébaubie !!!
 Le coeur ne s'arrête pas de battre parce qu'une histoire se termine, se serait trop facile !!!
Mais l'amour n'est pas uniquement un amour d'opérette..
Il y a tant de formes dedans et un terrain si vaste pour ce mot...
On aime...ses enfants, ses parents, son chien ou autre...Bref mille façons d'aimer ...
e suis en admiration pour ceux et celles qui en une seule fois ont tout
reçu et tout donné...Peut-être aussi que pour moi aimer en absolu
est un symbole d'enchaînement...Peut-être que le mot fidélité m'est inconnu...On ne vit qu'une fois !!!
Et puis un jour quand on ne s'y attend pas il ou elle nous donnent cette envie
d'appartenance...et là on se pose avec une sensation de plénitude qui fait qu'on n'a plus besoin de courir pour trouver son double...Et dans cet échange on fusionne