Un jour je te dirai



Á quoi bon finalement taire tous ces secrets ?
Que l’on cache tout au long de nos vies?
Je sais que toi parfois tu étais dans le vrai
Un jour je te dirai toutes  mes douleurs aussi

Tant que l’âme de l’autre se marie à la notre
Et que la passion rayonne ensoleillant nos vies
Au nom de quoi ferait-on du mal à l’autre ?
Un jour je t’avouerai mon insondable maquis

On s’accroche, on élude, mais on ne dit rien
Sans doute la peur de perdre l’amante jolie
Alors on cache le mystérieux, le sibyllin
Un jour je parlerai de ce que je t’ai pas dit


On croit l’amour immortel comme l’eau, le ciel
Puis la source se tarit et le bleu s’assombrit
Ce qui faisait battre sa vie n’est plus essentiel
Un jour viendra, je te dirai le mal que je te fis

En feuilletant des albums de prénoms féminins
J’ai rêvé de layette, de berceaux à frou-frou
Et imaginé ravi de petits doigts dans ma main
Un jour je te raconterai tous ces rêves un peu fous

Aurais-je dû reconnaître mon obscur passé ?
Dont tu crois détenir une toute petite idée ?
Quand une infime partie exhorte tes larmes
Un jour il faudra bien que je dépose les armes

Christian Goutte