Un nom gravé



J’ai loué un p’tit truc juste en face

Pour ne pas te quitter des yeux
Il  fallait que je me fasse
Á l’absence de l’un de nous deux

Personne n’a désiré t’entendre
Et je ne pouvais rien y faire
T’aurais voulu un peu de cendres
Plutôt que ce carré de terre

Tes parents sont couchés tout près
Ils t’ont rejoints presque aussitôt
C’est une voie bordée de genets
Qui fleurissent jaune quand il fait beau

Je revois le monde et les pleurs
Et toutes ces roses qui s’amoncellent
Parfois je croise de très bonne heure
Un jeune homme beau comme tu fus belle

On est loin du monde des débuts

Je ne compte que peu de fidèles
Et c’est pas ceux que j’aurais cru
Certaines absences sont bien cruelles

Les nuits d'été, un rayon d’lune
Ouvre les nuages pour un cadeau
Et dépose comme une fortune
Des feuilles remplies de jolis mots

Je vais encore même si c’est vain

Dans des endroits où tu n’es plus
J’entends toujours le même refrain
D’une femme qui n’est pas revenue

Je passe des heures dans le vent froid
Fixant une plaque de marbre blanc
J’entends des pas je crois qu’c’est toi
Qui vient m’aimer en chantonnant

Personne ne saura qui je suis
Y’a qu’un silence de larmes coulées
Je reste des jours et des nuits
Devant l’or de ce nom gravé.

Christian Goutte


par Ouaismaihabaie le Ven 19 Mar - 19:42
Il est des tatouages indélébiles mais la vie ne doit pas s'arreter.
Un texte qui ne laisse pas de... marbre (sans mauvais jeu de mots).

Touché.

par Invité le Ven 19 Mar - 20:21
Euh ...
Cet agacement (cette vibration) pour ces vivants qui immolent
leurs proches absents ad infinitum -
Fichez leur la paix ..
(gardons les au chaud dans notre coeur bien vivant lui)
Exclue de l'amour d'1 mère qui a préférée
de son vivant, ses enfants morts que vivants..
(Bah de toute façon elle m'a jamais aimé )

Tu vis où tu la rejoins !
là où elle est, toi tu n'es pas..

J'ai pas de leçon à donner (pardon pour ma raideur macabre )
La phrase qui m'a touché (en plein dans mon coeur ô pov p'tit coeur)
''elle aurait préféré quelques cendres'' (c'est pas juste ...pas juste..)
si en plus, on n'a pas respecté cela..
c'est regrettable ..mais ça ne fait rien je suis sure que là où elle se trouve
elle est en paix à présent à l'unisson au fin fond de ce grand mystère qui nous attend aussi ..

Désolée pour le caf'hard qu'engendre la mort..
mes mots étaient remplis d'acide - Bonne soirée m'sieur le poète ...
Je suis sure que dans le ciel la-haut
parfois 1 lueur et c'est elle ..

par ristretto le Ven 19 Mar - 21:23
" Il fallait que je me fasse
A l’absence de l’un de nous deux "

tout est là


( curare
je ne pense pas que le fait de penser, de pleurer, de se souvenir de nos disparus puissent les emmerder )

belle poésie sur l'absence qui nous oblige à "reconstruire" notre monde

par Invité le Ven 19 Mar - 21:44
oui non parfois je pousse le bouchon..
bon je retire mon précédent post
1 p'tite music de circonstance ? Pour soulager nos mots alors ..
1 truc bien triste préparez vos mouchoirs ...

par kajak le Sam 20 Mar - 11:53
Un texte sur l'absence, le souvenir tout en pudeur et l'émotion est là cachée derrière les mots.

Ne peut laisser indifférent.

Jacques