Vallery



Depuis si longtemps que nos vies sont mêlées

Nos voyages soudains, nos week-ends coquins
Ensemble se sont fermées nos plaies passées
Nous avons oublié les méchants, les malsains

Je te connais si bien que des fois j'en oublie
De te dire des mots doux, de t'offrir des fleurs
Le temps passe, amoureux et ainsi va la vie
Quelques pétales offerts et on se sent meilleur

Te souviens-tu amour de nos ballades du jeudi ?
Ces départs tardifs de Paris arrivée en Bretagne
Kilomètres avalés, campagne délicieusement jolie
Arrivée à Roscoff de nuit et sabler le champagne

Te souviens-tu de tes premiers sourires tabac ?
Mes voyages incessants du comptoir à ta caisse ?
Pour enfin un soir de janvier finir dans tes bras
Merveilleuse fiancée bouclée, ma petite déesse

Je t'aime car toujours tu es gaie et rieuse
Les épreuves de la vie ne t'ont pas épargné
Toujours présente, têtue joyeuse et audacieuse
Tu as égayé mille fois mes dernières années

Je remercie la vie sans arrêt de t'avoir choisi, toi
Ta douceur quotidienne, ma douce moitié, mon épouse
Quand je vais mal tu me consoles, fuit mon désarroi
Tu n'es jamais mesquine, acariâtre ou bien jalouse

Te souviens-tu amour de cette lagune italienne ?
D'un hôtel refuge sur cette  plage du Lido ?
Magnifique cité des Doges, ville magicienne
Promenades romantiques au milieu d'un air adagio

Tout ce temps écoulé que je n'ai pas vu passer
Ces vacances en Creuse, nos garçons déjà grands
Ton dépit d'être si loin de tes supermarchés
Ces vendeurs de rêves et ces vils charlatans

Comment j'aime te choyer, attendre ton réveil
Nos premiers bisous du matin et déjà ton sourire
Présent comme toujours à la sortie du sommeil
J'ai tellement eu peur qu'un drame vint l'assombrir

J'écrirais des heures sur mon petit tison d'amour
Des mots doux et tendre que je coucherais à jamais
L'infinité de la vie, ce temps passé sans détour
Je suis ton éternel débiteur tu le sais désormais

Christian Goutte