En ce temps là




La belle voix demandait si on s’aimerait toujours

Et toi tu chantais à tue tête dans ta voiture rouge
Ce vilain carrefour devenait notre nid d’amour
Et tu te perdais entre Créteil et Vitry la rouge

Puis il y eut d’autres jours, d’autres quais de gare
Ou au milieu de la foule je devinais ta silhouette
Ta démarche douce, gracile, je bénissais le hasard
Embrassant sur ton cou ta petite fée clochette

Comment faisais tu pour être si belle, si classe?
L’idée que la gare entière avait les yeux sur toi
Sur ton regard tout bleu ou ton jean taille basse
J’avais l’impression qu’ils t’enlevaient à moi

Puis on partait complices s’aimer ou se balader
On prenait Sébastopol pour rejoindre la Seine
Une pizza à saint Michel ou tu mangeais à peine
Je passe souvent devant en ayant le cœur serré

Des fois je venais vers chez toi en Champagne
Te souviens-tu d’un poème qui parlait de raisin?
Je viens à Reims parfois quand le cafard me gagne
Déposant sur ta vitre mon tout dernier quatrain

Avec toi j’ai appris que l’amour faisait pleurer
Je ne regrette pas le chagrin que tu m’as causé
Mon amour pour toi est limpide et immortel
Me reproches-tu ma passion trop fusionnelle?

Je sais que tu as peur mais tu ne devrais pas
On a tout notre temps et j’attendrais mon heure
Ton corps parfait me met dans tous mes états
Mais ce que je veux c’est la clé de ton cœur...


Christian Goutte