Et cris sur le sable



On voit un sable immense aimer l’horizon noir

Se marier comme on danse son dernier exutoire
Mais la plage parsemée de carcasses sans noms
Nous revient d’un passé, qu’obtus nous piétinons

Ces soldats qui se meurent de pouvoir embarquer
Et qui n’ont dans le cœur qu'un p’tit bout de passé
Ces chevaux qu’on abat de pouvoir les nourrir
Sous le feu des Stukas qui les empêchent de fuir

Et ces anglais qui chantent sous ce kiosque à musique
Toutes ces notes amantes de souvenirs d’Afrique
Les baraques sont pleines, de vomis, de crachats
Des insultes de haine pour mille et un pachas

Un bateau de la Grande Guerre et ses voiles déchirées
Rempli de rats grégaires a lui aussi abdiqué
Penché comme un mendiant et craquant de partout
Hébergeant dans ses flancs, la misère, le dégoût

Un manège sans âge virevolte malgré tout
Espérant l’arrivage d’un nègre marabout
Quelques soldats quand même entament un pas de danse
Comme sublime requiem d’un génial plan-séquence

De partout dans les dunes, des hommes fatigués
Ont laissé dans la lune leurs amours du passé
Au milieu de nulle part il était une fois
Écrit comme un faire-part sur le sable, reviens-moi


Christian Goutte



par Ouaismaihabaie le Dim 28 Fév - 11:19
Je ne sais pas si l'heure à laquelle tu as posté est
hasard ou pas mais ça colle avec ton texte.

J'aime vraiment beaucoup le titre et le dernier quatrain qu'on pourrait
 tous s'attribuer entre deux guerres... personnelles.

brav2

Bienvenu chez le(s?) fou (s?).

par Fugitive le Dim 28 Fév - 11:56
Bienvenue Christian  Si tous tes écrits sont de la même veine que celui-là,
 nous avons alors gagné en poésie 
Ton texte poignant est empli de douleur, de cris, et de révolte,
 et ce, jusqu'à l'acceptation de cette haine que la guerre
 laisse imprimée dans les âmes... Un appel, en point d'interrogation
et une supplique terminant ce récit par un espoir..
Moi je te dis merci et bravo pour ce texte..Au plaisir de te relire...Amitié...

par °_Le Fou_° le Dim 28 Fév - 12:24
Bienvenue chez " les fous " (car ici on est tous chez soi !)...

Une bien belle écriture qui nous fait énormément plaisir...

Un beau texte, de très beaux vers...

Sincèrement... bravo...!


par ristretto le Dim 28 Fév - 14:05
un poème qui prend au coeur des tripes ..

mais sans conteste , une très belle lecture

"On voit un sable immense aimer l’horizon noir" un premier
vers qui accroche et on ne lache plus
le quatrain final est superbe aussi ... enfin, bref ... tout coâ !

bienvenue !!!

par nykhol le Dim 7 Mar - 10:40
Hello Christian t'es pas trop
tourneboulé par toutes ces
explications, mais maintenant
on sait pour le fameux "E" qui
nous donne des cheveux gris
à chaque fois que l'on écrit.

Donc récitons nos poèmes à
voix haute avant de le publier
et ainsi point ne tomberons
dans cette hémistiche postiche
qui nous fait la niche à chaque
fois (j'en perd la foi..dans les
mots)...

De mon côté j'ai aussi un poème
en vers libres qui raconte la même
chose, nos idées se sont
télescopées.

Merci pour cet élan de cris muets
sur cette terrible chose que l'on
appelle la "guerre"